LOMUSTINE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 4/4/2001
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    (chloro-2 éthyl)-1 cyclohéxyl-3 nitroso-1 urée

    Ensemble des dénominations

    BAN : LOMUSTINE
    CAS : 13010-47-4
    DCF : LOMUSTINE
    DCIR : LOMUSTINE
    USAN : LOMUSTINE
    autre dénomination : CCNU
    bordereau : 2027
    code expérimentation : NSC-79037
    code expérimentation : RB-1509
    code expérimentation : WR-139017
    dci : lomustine
    rINN : LOMUSTINE
    sel ou dérivé : STREPTOZOCINE

    Classes Chimiques


    Regime : liste I

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTINEOPLASIQUE (principale certaine)

    2. AGENT ALKYLANT (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Inhibition de la synthèse d' ADN et d' ARN provenant en partie de propriétés alkylantes (formation de 2-chloroéthylamine).

    Effets Recherchés

    1. ANTICANCEREUX (principal)

    2. AGENT ALKYLANT (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. GLIOME MALIN CEREBRAL (principale)

    2. CANCER DU POUMON (secondaire)

    3. MELANOME (principale)

    4. OSTEOSARCOME (principale)

    5. MALADIE DE HODGKIN (principale)

    6. LYMPHOME NON HODGKINIEN (principale)

    Effets secondaires

    1. ANOREXIE (CERTAIN FREQUENT)

    2. NAUSEE (CERTAIN FREQUENT)

    3. VOMISSEMENT (CERTAIN FREQUENT)

    4. APLASIE MEDULLAIRE (CERTAIN )
      Un cas :
      - Anticancer Drugs 1994;5:105-107.

    5. ANEMIE APLASTIQUE (CERTAIN )

    6. LEUCOPENIE (CERTAIN FREQUENT)

    7. THROMBOPENIE (CERTAIN FREQUENT)
      Retardée, 6 semaines après la prise de CCNU.

    8. DOULEUR EPIGASTRIQUE (CERTAIN )

    9. STOMATITE (CERTAIN )

    10. ALOPECIE (CERTAIN )

    11. COLORATION DE LA PEAU (CERTAIN )
      Condition(s) Exclusive(s) :
      VOIE CUTANEE

    12. PRURIT (CERTAIN )
      Condition(s) Exclusive(s) :
      VOIE CUTANEE

    13. INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      TRAITEMENT PROLONGE
      FORTE DOSE

      Apparaît au-delà d'une dose totale de 1200 milligrammes par mètre carré :
      - Sem Hop Paris 1985;61:1847-1852.
      - N Engl J Med 1979;300:1200-1203.

    14. NEPHROPATHIE INTERSTITIELLE CHRONIQUE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      TRAITEMENT PROLONGE
      FORTE DOSE

      Apparaît au-delà d'une dose totale de 1200 milligrammes par mètre carré :
      - Nouv Presse Med 1980;9:

    15. SOMNOLENCE (A CONFIRMER )

    16. ICTERE (A CONFIRMER )
      - Sem Hop Paris 1975;51:309.

    17. PNEUMONIE INTERSTITIELLE (A CONFIRMER )
      Non rapporté, mais par analogie avec les autres nitrosourées :
      - Am J Med 1980;68:259.

    18. FIBROSE PULMONAIRE (CERTAIN TRES RARE)
      Un cas avec une dose de 2733 mg/m2 :
      - Cancer Treat Rep 1979;63:2128-2130.

    19. LEUCEMIE AIGUE NON LYMPHOBLASTIQUE (CERTAIN RARE)
      - N Engl J Med 1985;313:579.
      - N Engl J Med 1983;309:1074-1084.

    Effets sur la descendance

    1. RISQUE TERATOGENE DISCUTE CHEZ L'HOMME
      Comme tous les agents alkylants, la lomustine présente un risque potentiel tératogène, non prouvé, en l'absence d'études contrôlées.

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. INSUFFISANCE HEPATOCELLULAIRE SEVERE

    Contre-Indications

    1. GROSSESSE

    2. ALLAITEMENT

    3. APLASIE MEDULLAIRE

    4. HYPERSENSIBILITE

    5. INSUFFISANCE RENALE
      Déconseillée si la clearance de la créatinine est < 60ml/min:
      -Néphrologie 1995;16:233-238.

    Voies d'administration

    - 1 - ORALE

    Posologie et mode d'administration

    Doses usuelles par voie orale :
    - Adultes : soixante quinze milligrammes par mètre carré en une prise toutes les 3 semaines ou cent à cent trente milligrammes par metre carré toutes les 6 semaines.
    En cas de polychimiothérapie, on donne soixante-dix à cent milligrammes par mètre carré toutes les 6 semaines.
    - Enfants : quatre-vingt à cent milligrammes par mètre carré per os toutes les 4 à 6 semaines.
    .
    Le produit doit être conservé entre 4 et 10 degrés.
    Nécessite une surveillance hématologique régulière.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - DEMI VIE 16 à 48 heure(s)
    - 2 - ELIMINATION 50 %/24 heures voie rénale
    - 3 - ELIMINATION 5 % voie fécale
    - 4 - ELIMINATION 10 % voie pulmonaire

    Absorption
    Résorbtion par le tractus gastro-intestinal rapide.
    Répartition
    Concentration dans le LCR égale à la moitié de la concentration plasmatique.
    Demi-Vie
    Métabolites : demi-vie plasmatique comprise entre 16 et 48 heures.
    Elimination
    (VOIE RENALE)
    La moitié de la dose administrée per os est éliminée dans les urines en 24 heures sous forme métabolisée et 75 % au bout de 4 jours.
    (VOIE FECALE)
    Moins de 5 % de la dose.
    (VOIE PULMONAIRE)
    Moins de 10 % de la dose.

    Bibliographie

    - Dossier du CNHIM 2001;22:250

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil