PROPRANOLOL PHENYLETHYLBARBITURATE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 30/10/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    1-[(1-Methylethyl)amino]-3-(1-naphthalenyloxy)-2-propanol phenylethylbarbiturate

    Ensemble des dénominations

    autre dénomination : PHENYLETHYLBARBITURATE DE PROPRANOLOL
    bordereau : 2427
    sel ou dérivé : PHENOBARBITAL
    sel ou dérivé : PROPRANOLOL CHLORHYDRATE

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : PROPRANOLOL
    Regime : liste I

    Proprietés Pharmacologiques

    1. BETABLOQUANT (principale certaine)

    2. ANTIARYTHMIQUE (principale certaine)

    3. ANTIHYPERTENSEUR (principale certaine)

    4. ANTI-ANGOREUX (principale certaine)

    5. TRANQUILLISANT (secondaire certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Action conjointe du propranolol et du phénobarbital.

    Effets Recherchés

    1. BETABLOQUANT (principal)

    2. ANTIARYTHMISANT (principal)

    3. ANTIANGOREUX (principal)

    4. ANTIHYPERTENSEUR (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. TACHYCARDIE SUPRAVENTRICULAIRE (principale)

    2. HYPERTHYROIDIE (principale)

    3. INTOXICATION PAR LES DIGITALIQUES (principale)

    4. ANGOR (principale)

    5. ANGOR(TRAITEMENT DE FOND) (principale)

    6. MYOCARDIOPATHIE OBSTRUCTIVE (principale)

    7. HYPERTENSION ARTERIELLE (principale)

    8. TETRALOGIE DE FALLOT (secondaire)

    9. SYNDROME DE WOLFF-PARKINSON-WHITE (secondaire)

    10. PHEOCHROMOCYTOME (secondaire)

    11. THYREOTOXICOSE NEONATALE (secondaire)

    12. SCHIZOPHRENIE (secondaire)
      - Prescribers J 1977;17:143.

    13. CARDIOVERSION(PREPARATION) (à confirmer)

    14. DYSKINESIE (à confirmer)
      Dans les dyskinésies de type choréïque ou ballique induites par la lévodopamine chez les parkinsoniens, le propranolol (sel non précisé) à faible dose (30 à 60 milligrammes par jour) procurerait une réduction des mouvements anormaux après 5 à 6 semaines de traitement :
      - Neurology 1996;46:1548-1551.

    15. ACCOUCHEMENT DIRIGE (à confirmer)
      Augmenterait le travail utérin en association avec l'oxytocine, réduirait la fréquence des césariennes (sel de propranolol non précisé) :
      - Obstet Gynecol 1996;88:517-520.

    Effets secondaires

    1. DIARRHEE (CERTAIN TRES RARE)

    2. ANOREXIE (CERTAIN TRES RARE)

    3. NAUSEE (CERTAIN TRES RARE)

    4. VOMISSEMENT (CERTAIN TRES RARE)

    5. DOULEUR EPIGASTRIQUE (CERTAIN RARE)

    6. ASTHENIE (CERTAIN RARE)

    7. ULCERE GASTRODUODENAL(AGGRAVATION) (CERTAIN TRES RARE)

    8. MYOTONIE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      MYOTONIE PREEXISTANTE

    9. PARESTHESIE (CERTAIN TRES RARE)

    10. SYNDROME DE RAYNAUD (CERTAIN FREQUENT)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      DOSES ELEVEES

    11. TROUBLE DE LA VISION (CERTAIN TRES RARE)

    12. DYSCHROMATOPSIE (CERTAIN )
      - Lettre du Pharmacologue 1989;3,9:265-266.

    13. HALLUCINATION VISUELLE (CERTAIN TRES RARE)
      Apparaissent même à faibles doses.

    14. DEPRESSION (CERTAIN TRES RARE)

    15. CONFUSION MENTALE (CERTAIN )
      - Lancet 1977;8048:1133-1134.

    16. HALLUCINATION (CERTAIN TRES RARE)

    17. INSOMNIE (CERTAIN TRES RARE)

    18. FIEVRE (CERTAIN TRES RARE)

    19. BRADYCARDIE (CERTAIN FREQUENT)

    20. BLOC AURICULOVENTRICULAIRE (CERTAIN TRES RARE)

    21. HYPOTENSION ARTERIELLE (CERTAIN TRES RARE)

    22. CRISE HYPERTENSIVE (CERTAIN )
      Condition(s) Exclusive(s) :
      PHEOCHROMOCYTOME

      Par voie intraveineuse :
      - Med Hyg 1978,758.
      Un cas, chez un sujet présentant un phéochromocytome (sel de propranolol non précisé) :
      - Postgrad Med J 1995;71:58-59.

    23. INSUFFISANCE CARDIAQUE (CERTAIN RARE)

    24. BRONCHOSPASME (CERTAIN )
      51 cas dont 13 fatals rapportés à la pharmacovigilance anglaise. Parmi les 51 patients, 6 avaient des antécédents asthmatiques dont 5 ont été fatals :
      - BMJ 1996;313:1486.

    25. ABOLITION DES POULS DISTAUX (CERTAIN FREQUENT)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      DOSES ELEVEES

    26. DIABETE NON INSULINODEPENDANT (CERTAIN )
      Une étude prospective menée sur 12550 patients traités par divers bêtabloquants pour une HTA a mis en évidence une augmentation de 28% du risque d'apparition d'un diabète de type 2. Ce risque ne serait pas augmenté par les diurétiques thiazidiques, les IEC ou les inhibiteurs calciques :
      - N Engl J Med 2000;342:905-912.

    27. GLYCEMIE(DIMINUTION) (CERTAIN TRES RARE)

    28. ERYTHEME (CERTAIN TRES RARE)

    29. PURPURA (CERTAIN TRES RARE)

    30. ALOPECIE (CERTAIN TRES RARE)

    31. RETENTION AIGUE D'URINE (CERTAIN )

    32. ATTEINTE COCHLEAIRE (CERTAIN TRES RARE)

    33. SURDITE (CERTAIN TRES RARE)

    34. UREE SANGUINE(AUGMENTATION) (A CONFIRMER )

    35. MALADIE DE LA PEYRONIE (A CONFIRMER )
      Effet contesté :
      - Lancet 1979;1:331.

    36. STOMATITE (A CONFIRMER )

    37. DYSKINESIE (A CONFIRMER )

    38. LICHEN PLAN (A CONFIRMER )
      Deux cas rapportés (sel de propranolol non précisé) :
      - Pharmacotherapy 1994;14:561-571.

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. GROSSESSE

    2. INSUFFISANCE CARDIAQUE

    3. HYPOTENSION ARTERIELLE

    4. INSUFFISANCE RENALE

    5. INSUFFISANCE HEPATOCELLULAIRE

    6. DIABETE INSULINODEPENDANT

    7. MALADIE DE STEINERT
      Risque d'entraîner des accès myotoniques.

    8. MYOPATHIE MYOTONIQUE
      Risque d'entraîner des accès myotoniques.

    9. SPORTIFS
      Substance soumise à certaines restrictions :
      - Journal Officiel du 7 Mars 2000.
      Lorsque le règlement d'une fédération internationale de sport le prévoit, des tests sont effectués pour les bêta-bloquants.

    Contre-Indications

    1. INSUFFISANCE CARDIAQUE SEVERE

    2. BRADYCARDIE

    3. BLOC AURICULOVENTRICULAIRE

    4. SYNDROME DE RAYNAUD

    5. BRONCHOPNEUMOPATHIE OBSTRUCTIVE

    6. ASTHME
      51 cas de bronchospasme dont 13 fatals rapportés à la pharmacovigilance anglaise. Parmi les 51 patients, 6 avaient des antécédents asthmatiques dont 5 ont été fatals :
      - BMJ 1996;313:1486.

    7. ULCERE GASTRODUODENAL EVOLUTIF

    8. SYNDROME DEPRESSIF

    9. ANESTHESIE GENERALE

    10. ALLAITEMENT
      A proscrire en période d'allaitement ou nécessitant de différerer celui-ci.

    11. PHEOCHROMOCYTOME

    12. PORPHYRIE

    13. PORPHYRIE HEPATIQUE

    Voies d'administration

    - 1 - ORALE

    Posologie et mode d'administration

    N'est plus commercialisé en France.
    Doses usuelles par voie orale :
    Adultes : quarante à cent vingt milligrammes par jour.
    Ne jamais interrompre brutalement le traitement.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - REPARTITION lait

    Répartition
    Passe dans le lait.

    Bibliographie

    - Clin Pharmacokinet 1990;18,4:270-294.(PHARMACOCINETIQUE)*

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil