HEPARINE CALCIQUE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 11/4/2001
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    HEPARINATE DE CALCIUM

    Ensemble des dénominations

    BAN : HEPARIN CALCIUM
    CAS : 37270-89-6
    autre dénomination : HEPARINATE CALCIQUE
    autre dénomination : HEPARINATE DE CALCIUM
    autre dénomination : HEPARINE DE CALCIUM
    autre dénomination : HEPARINE SEL DE CALCIUM
    bordereau : 1425
    sel ou dérivé : HEPARINATE DE MAGNESIUM
    sel ou dérivé : HEPARINATE DE PHENYLEPHRINE ET MEGLUMINE
    sel ou dérivé : HEPARINE
    sel ou dérivé : IODOHEPARINATE SODIQUE
    sel ou dérivé : TEDELPARINE SODIQUE

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : HEPARINE
    Regime : liste I

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTICOAGULANT (principale certaine)

    2. ANTITHROMBOTIQUE (principale certaine)

    3. ANTIINFLAMMATOIRE (secondaire certaine)

    4. ANTIAGREGANT PLAQUETTAIRE (secondaire certaine)
      A fortes doses.

    5. ANALGESIQUE (secondaire certaine)

    6. HYPOLIPIDEMIANT (secondaire certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      L'action anticoagulante nécessite la présence de cofacteurs plasmatiques (antithrombine III).
      Le facteur 4 plaquettaire inactive l'héparine, ce qui explique l'efficacité variable de celle-ci en fonction du nombre de plaquettes.
      Inhibition de la thromboplastine: empêche la transformation de la prothrombine en thrombine.
      Action antithrombine empêchant la transformation du fibrinogène en fibrine.
      Action clarifiante du serum par libération et /ou activation d'une lipoprotéine lipase.

    2. secondaire
      Action natriurique associée à une légère rétention potassique.
      L'inhibition de l'agrégation et de l'adhésivité plaquettaires ne se manifeste que pour de fortes doses d'héparine.
      S'oppose par son action antithrombine à la libération de certains facteurs plaquettaires (facteur 3).
      Prolonge la survie des plaquettes.
      Diminue l'activité des inhibiteurs de l'activation du plasminogène, jouant ainsi un rôle profibrinolytique .

    Effets Recherchés

    1. ANTICOAGULANT (principal)

    2. ANTIINFLAMMATOIRE (accessoire)
      Action modérée.

    3. ANALGESIQUE (accessoire)
      Action modérée.

    4. HYPOLIPEMIANT (accessoire)

    Indications Thérapeutiques

    1. MALADIE THROMBOEMBOLIQUE(PREVENTION) (principale)

    2. MALADIE THROMBOEMBOLIQUE (principale)

    3. EMBOLIE CRUORIQUE (principale)

    4. COAGULATION INTRAVASCULAIRE DISSEMINEE (principale)

    5. DYSLIPIDEMIE (secondaire)

    6. INFARCTUS DU MYOCARDE(PHASE AIGUE) (secondaire)
      Dans un essai versus placebo, les résultats sont en faveur de l'héparine (on peut s'interroger sur les modalités de cette étude en raison du choix d'un placebo :
      - Lancet 1989;2:182-186.
      L'association à l'aspirine n'entraînerait aucun bénéfice (méta-analyse des essais randomisés) :
      - BMJ 1996;313:652-659.

    7. INFARCTUS DU MYOCARDE(PREVENTION DES RECIDIVES) (à confirmer)
      A faible dose, au long cours (essai contrôlé positif chez 728 patients) :
      - Lancet 1987;1:937-942.

    8. AVORTEMENT HABITUEL(PREVENTION) (à confirmer)
      En prévention des avortements associés au syndrome des antiphospholipides, l'héparine calcique serait plus efficace en association à l'aspirine que l'aspirine seule (essai randomisé) :
      - BMJ 1997;314:253-257.

    9. ACCIDENT VASCULAIRE CEREBRAL (à confirmer)
      Essai randomisé négatif (IST) :
      - Lancet 1997;349:1569-1582.

    10. THROMBOSE DE CATHETER(PREVENTION) (secondaire)
      Métaanalyse des essais randomisés;
      - catheter veineux périphérique: l'usage d'héparine n'aurait pas d'avantages sur le serum salé pour éviter l'obstruction du cathéter entre les injections.
      - cathrter artériel périphérique: la perfusion d'héparine à faible dose prolongerait la durée de perméabilité du catheter:
      - BMJ 1997;316:969-975.

    Effets secondaires

    1. HYPOALDOSTERONISME (CERTAIN )
      Pouvant apparaitre après quelques jours de traitement chez certains sujets : patients âgés, diabétiques, insuffisant rénaux, il se produirait une augmentation de l'excrétion sodée avec un risque d'hyperkaliémie nécessitant l'arrêt de l'héparinothérapie :
      - Hosp Therapy 1989;14;15-32.

    2. KALIEMIE(AUGMENTATION) (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      DIABETE SUCRE
      INSUFFISANCE RENALE

      Plusieurs cas publiés explicables par l'hypo-aldostéronisme. Un cas :
      - Néphrologie 1990;11:1834.
      Nécessiterait de surveiller la kaliémie, en particulier lors de traitement de plus de 7 jours:
      - Current Prob in Pharmacovigilance 1999;25:6.
      Peut être réduite par la fludrocortisone si la poursuite du traitement est nécessaire :
      - Ann Pharmacother 2000;34:604-610.

    3. T4(AUGMENTATION) (A CONFIRMER )
      Un cas rapporté d'augmentation de la T4 libre chez un patient traité pour angor instable :
      - Ann Inter Med 1996;124:74-75.

    4. HEMORRAGIE (CERTAIN TRES RARE)

    5. REACTION ALLERGIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Se manifestent le plus souvent par une fièvre, une urticaire, exceptionnellement par un rash cutané, une thrombopénie, un choc anaphylactique.

    6. CHOC ANAPHYLACTIQUE (CERTAIN TRES RARE)

    7. URTICAIRE (CERTAIN TRES RARE)
      Urticaire diffus, un cas, réaction croisée entre les sels calciques et sodique de l'héparine :
      - Allergy 1994;49:292-294.

    8. RHINITE (CERTAIN TRES RARE)

    9. CONJONCTIVITE (CERTAIN TRES RARE)

    10. OEDEME (CERTAIN TRES RARE)

    11. FIEVRE (CERTAIN TRES RARE)

    12. ALOPECIE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      TRAITEMENT PROLONGE

      Peut survenir à distance du traitement.

    13. DIARRHEE (CERTAIN TRES RARE)

    14. NATRIURIE(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE)

    15. THROMBOPENIE (CERTAIN RARE)
      La fréquence des thrombopénies serait de 5 % :
      - Ann Rev Med 1989;40:31-44.
      Etude de 127 cas compliqués de thrombose veineuse (78 cas) et artérielle (18 cas), sel d'héparine non précisé :
      - Am J Med 1996;101:502-507.

    16. OSTEOPOROSE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      TRAITEMENT PROLONGE

      - Nouv Presse Med 1982;11:261.

    17. FRACTURE PATHOLOGIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      TRAITEMENT PROLONGE

    18. COMPRESSION NERVEUSE (CERTAIN )
      Compression nerveuse par hématomes.

    19. INDURATION LOCALE (CERTAIN )
      Condition(s) Exclusive(s) :
      VOIE SOUS-CUTANEE

      Réaction inflammatoire à la constitution locale de savons dûe à l'activité potentialisatrice de l'héparine sur la lipoprotéïne lipase.
      Ces nodiles disparaissent spontanément au bout de quelques jours sans nécessiter l'arrêt du traitement.

    20. ECCHYMOSE (CERTAIN )
      Condition(s) Exclusive(s) :
      VOIE SOUS-CUTANEE

    21. PRIAPISME (A CONFIRMER )
      - South Med J 1970;63:1131.
      Un cas décrit :
      - Presse Med 2001;30:376-377.

    22. EOSINOPHILIE (A CONFIRMER )
      Un cas, avec épreuve de réintroduction positive :
      - Therapie 1994;49:518.
      Un nouveau cas décrit :
      - Presse Med 1996;25:1848.

    Effets sur la descendance

    1. PAS D'EFFET SIGNALE CHEZ L'HOMME

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. TROUBLES DE LA CRASE SANGUINE

    2. INTERVENTION CHIRURGICALE RECENTE

    3. INSUFFISANCE HEPATOCELLULAIRE SEVERE

    4. INSUFFISANCE RENALE SEVERE

    5. SUJET AGE

    Contre-Indications

    1. ALLERGIE A L'HEPARINE

    2. HEMOPHILIE

    3. PURPURA

    4. ULCERE GASTRODUODENAL EVOLUTIF

    5. HYPERTENSION ARTERIELLE SEVERE
      Diastolique >120 mm Hg.

    6. ACCIDENT NEUROLOGIQUE NON EMBOLIQUE

    7. ACCIDENT VASCULAIRE CEREBRAL RECENT

    8. AVORTEMENT(MENACE)

    9. CANCER
      D'origine viscérale.

    Posologie et mode d'administration

    Dose usuelle par voie sous-cutanée:
    Deux cent cinquante unités par kilo et par injection, à répéter toutes les 12 heures.
    La posologie doit être adaptée selon le temps de Howell.
    Prévention des thromboses veineuses chez les malades opérés ou alités:
    Cinq mille unités par injection, 3 injections par jour.
    Nécessité d'un surveillance clinique et biologique rigoureuse.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - DEMI VIE 100UI/kg 0.93 heure(s) voie intraveineuse
    - 2 - DEMI VIE 200UI/kg 1.60 heure(s) voie intraveineuse
    - 3 - DEMI VIE 400UI/kg 2.53 heure(s) voie intraveineuse
    - 4 - ELIMINATION voie rénale

    Absorption
    Résorption digestive pratiquement nulle après administration orale.
    Après administration intraveineuse, l'effet anticoagulant débute immédiatament, et dure 1,5 à 2,5 heures aux doses de 50 à 100 UI par kilo, plus longtemps aux dose suprasaturantes.
    Résorption après administration intramusculaire.
    Résorption lente après administration sous-cutanée, parfois irrégulière.
    Héparinémie efficace après 60 mn; la durée d'action est généralement de 12 h, parfois réduite à 8 h chez certains malades.
    La résorption par voie sublinguale est discutée.
    Répartition
    Fixation protéique non évaluée, mais ne modifie pas l'activité biologique.
    Captée et stockée dans les mastocytes.
    Ne franchit pas la barrière placentaire.
    Ne passe pas dans le lait.
    La demi-vie augmente aux dose suprasaturantes.
    Demi-Vie
    0,93.
    Pour une dose de 100 UI par kilo administrée IV.
    1,6
    Pour une dose de 200 Ui par kilo administrée IV.
    2,53 h
    Pour une dose de 400 UI par kilo IV.
    Métabolisme
    Dégradation par une héparinase hépatique.
    Le principal métabolite semble être l'urohéparine, dont l'activité anticoagulante est 2 fois plus faible que celle de l'héparine.
    Elimination
    Voie rénale.
    L'héparine et l'urohéparine sont éliminées par les urines.

    Bibliographie

    - Pharmacol Rev 1984;36:91-110. (REVUE GENERALE)
    - N Engl J Med 1991;324:1565-1574.
    - Adv Drug React Bull 1989;137:512-515. (EFFETS SECONDAIRES)
    - Sang Thrombose Vaisseaux 1993;5:Suppl4:6-90. *

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil