TESTOSTERONE PROPIONATE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 21/3/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    propionate de(17 bêta)-17-hydroxyandrost-4-èn-3-one

    Ensemble des dénominations

    BANM : TESTOSTERONE PROPIONATE
    CAS : 57-85-2
    DCIMr : PROPIONATE DE TESTOSTERONE
    autre dénomination : ANDROSTENOLONE PROPIONATE
    autre dénomination : PROPIONATE DE TESTOSTERONE
    autre dénomination : TP
    bordereau : 616
    code expérimentation : NSC-9166
    rINNM : TESTOSTERONE PROPIONATE
    sel ou dérivé : TESTOSTERONE ACETATE
    sel ou dérivé : TESTOSTERONE CYCLOHEXYLPROPIONATE
    sel ou dérivé : TESTOSTERONE DECANOATE
    sel ou dérivé : TESTOSTERONE ENANTATE
    sel ou dérivé : TESTOSTERONE HEXAHYDROBENZOATE
    sel ou dérivé : TESTOSTERONE ISOHEXANOATE
    sel ou dérivé : TESTOSTERONE PHENYLPROPIONATE
    sel ou dérivé : TESTOSTERONE CIPIONATE
    sel ou dérivé : TESTOSTERONE CYCLOHEXYLMETHYLCARBONATE

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : TESTOSTERONE

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANDROGENE (principale certaine)

    2. ANABOLISANT (principale certaine)

    3. STEROIDE ANABOLISANT (principale certaine)

    4. ANTIGONADOTROPE (secondaire certaine)

    5. ANTIDEPRESSEUR (secondaire certaine)
      PAR INHIBITION DE LA MONOAMINE OXYDASE

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Contrôle l'apparition et le maintien des caractères sexuels secondaires mâles.
      Stimule la synthèse protéique: accroit la masse musculaire, stimule la croissance de la matrice osseuse, s'oppose aux effets catabolisants des corticoïdes, positive la balance azotée.

    2. secondaire
      Entraine une rétention hydrosaline.
      A fortes doses, inhibe la sécrétion des gonadotrophines hypophysaires: entraine une atrophie testiculaire et ovarienne.

    Effets Recherchés

    1. ANDROGENE (principal)

    2. ANABOLISANT (principal)

    3. ANTIGONADOTROPE (accessoire)

    4. STIMULANT DE L'HEMATOPOIESE (accessoire)
      CETTE STIMULATION S'EXERCE ESSENTIELLEMENT SUR L'ERYTHROPOIESE.
      LES EFFETS SUR LA GRANULOPOIESE ET LA THROMBOPOIESE SONT PLUS INCONSTANTS.

    Indications Thérapeutiques

    1. HYPOGONADISME MASCULIN (principale)
      Hypogonadotrope (origine haute) ou hypergonadotrope (origine testiculaire) si son étiologie permet un traitement substitutif.
      A été utilisée en France par voie intramusculaire aux doses de 50 à 300 milligrammes par mois.
      Etude pilote par voie transdermique (sel de testostérone non précisé) :
      - Drugs 1998;55:253-259.
      Chez les hommes hypogonadiques atteints d'infection à VIH, l'administration de testostérone (sel non précisé) améliorerait l'état nutritionnel et la qualité de vie en cas de cachexie (wasting syndrome):
      - Ann Intern Med 1998;129:18.

    2. LICHEN SCLEROATROPHIQUE VULVAIRE (secondaire)
      Application locale d'une solution de testostérone propionate à 2%, 2 fois par jour:
      - N engl J Med 1984;310:488.