GLAFENINE CHLORHYDRATE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 5/4/2001
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    2-[(7-Chloro-4-quinolinyl)amino]benzoic acid 2,3-dihydroxypropyl ester hydrochloride

    Ensemble des dénominations

    autre dénomination : CHLORHYDRATE DE GLAFENINE
    autre dénomination : GLAPHENINE CHLORHYDRATE
    bordereau : 2444
    sel ou dérivé : ANTRAFENINE
    sel ou dérivé : FLOCTAFENINE
    sel ou dérivé : GLAFENINE BASE

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : GLAFENINE
    Regime : liste I

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANALGESIQUE (principale certaine)

    2. ANALGESIQUE PERIPHERIQUE (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Action analgésique de mécanisme mal connu mais périphérique.
      Pas d'action antiinflammatoire et antipyrétique.
      Non ulcérigène.

    Effets Recherchés

    1. ANALGESIQUE (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. DOULEUR (principale)

    Effets secondaires

    1. FIEVRE (CERTAIN TRES RARE)
      - Therapie 1982;37:697-698.

    2. PARESTHESIE (CERTAIN TRES RARE)
      A type de fourmillements dans la région péribuccale et aux extrémités (paume des mains et plante des pieds), ces signes peuvent précéder la survenue d'une réaction générale d'hypersensibilité (choc) et doivent donc faire interrompre le traitement.

    3. BOUFFEE VASOMOTRICE (CERTAIN TRES RARE)
      Erythème brusque de la face et du décolleté pouvant précéder la survenue d'un choc.

    4. HYPOTENSION ARTERIELLE (CERTAIN TRES RARE)
      Par vasodilatation périphérique.

    5. CHOC (CERTAIN TRES RARE)
      - soit choc cardiovasculaire secondaire à une vasodilatation périphérique aiguë (il peut être précédé d'un flush),
      - soit choc anaphylactique. Il apparaît en 10 à 60 minutes après la prise du médicament, débute par un érythème généralisé souvent accompagné de paresthésies péribuccales et des extrémités, d'oedèmes et de troubles digestifs. Quelques cas d'évolution fatale ont été signalés.

    6. DOULEUR LOMBAIRE (CERTAIN RARE)
      Soit isolées, sans signe urinaire ni altération de la fonction rénale :
      - J Urol Nephrol 1978;84:53-54.
      Soit précédant l'apparition d'une insuffisance rénale.

    7. UREE SANGUINE(AUGMENTATION) (CERTAIN RARE)

    8. CREATININEMIE(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE)

    9. PROTEINURIE (CERTAIN TRES RARE)

    10. INSUFFISANCE RENALE AIGUE (CERTAIN TRES RARE)
      Le plus souvent oligoanurie isolée, rapidement réversible à l'arrêt du médicament, soit spontanément, soit sous furosémide :
      - Concours Med 1982;104:1341-1348.

    11. NEPHROPATHIE INTERSTITIELLE AIGUE (CERTAIN TRES RARE)

    12. LITHIASE URINAIRE (CERTAIN TRES RARE)
      - Nouv Presse Med 1982;11:3142.
      - Ann Biol Clin 1983;41:105-111.

    13. ERUPTION CUTANEE (CERTAIN TRES RARE)
      Réaction d'hypersensibilité.

    14. URTICAIRE (CERTAIN RARE)

    15. REACTION D'HYPERSENSIBILITE (CERTAIN RARE)
      Cutanées, rénales, hépatiques ou générales (choc, oedème de Quincke), elles nécessitent l'arrêt du médicament et l'exclusion des autres dérivés appartenant au groupe des halogénoaminoquinoléines :
      - Rev Fr Allergol 1981;21:131.

    16. OEDEME ANGIONEUROTIQUE (CERTAIN TRES RARE)

    17. BRONCHOSPASME (CERTAIN TRES RARE)

    18. SECHERESSE DE LA BOUCHE (CERTAIN TRES RARE)

    19. VOMISSEMENT (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      SURDOSAGE

      Dans le cadre d'une réaction d'hypersensibilité.

    20. DOULEUR ABDOMINALE (CERTAIN TRES RARE)
      Dans le cadre d'une réaction d'hypersensibilité.

    21. RECTITE (A CONFIRMER )
      En cas d'administration de suppositoires :
      - Gastroenterol Clin Biol 1996;20:446-452.

    22. DIARRHEE (CERTAIN TRES RARE)
      Dans le cadre d'une réaction d'hypersensibilité.

    23. TOXICITE HEPATIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Réaction d'hypersensibilité :
      - Lancet 1978;2:480-481.
      Trente-huit cas cités :
      - Liver 1986;6:63-72.

    24. ICTERE (CERTAIN TRES RARE)

    25. BILIRUBINEMIE CONJUGUEE(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE)

    26. TRANSAMINASES(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE)

    27. PHOSPHATASES ALCALINES(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE)

    28. HEPATITE CYTOLYTIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Un cas décrit et 8 cas cités :
      - Gastroenterol Clin Biol 1984;8:91-92.

    29. HEPATITE FULMINANTE (CERTAIN TRES RARE)
      Cinq cas cités :
      - Gastroenterol Clin Biol 1985;9:185.

    30. EOSINOPHILIE (CERTAIN TRES RARE)

    31. ANEMIE HEMOLYTIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      DEFICIT EN G6PD

      Soit lors d'un déficit en G6PD, soit par un mécanisme immuno-allergique :
      - Presse Med 1978;7:3254-3255.
      Un cas d'anémie hémolytique immuno-allergique due à un métabolite de la glafénine (sel non précisé) :
      - Presse Med 1991;20:1634-1636.

    32. SYNDROME DE LYELL (A CONFIRMER )
      - Arch Dermatol 1990;126:37-42.

    33. THROMBOPENIE (A CONFIRMER )
      - Nouv Presse Med 1979;8:1606.

    34. GALACTORRHEE (A CONFIRMER )
      Un cas, concomitant à une insuffisance rénale :
      - Lyon Pharm 1978;29,2:127.

    35. VERTIGE (A CONFIRMER )
      Un cas cité :
      - Lyon Pharm 1978;29,2:127.

    36. SYNDROME DE LOEFFLER (A CONFIRMER )
      Probablement par réaction d'hypersensibilité :
      - Eur J Resp Dis 1984;65:456.

    37. LEUCOPENIE (A CONFIRMER )
      Imputabilité douteuse.

    Effets sur la descendance

    1. NON TERATOGENE CHEZ L'ANIMAL
      Etude chez la souris, le rat et le lapin.

    2. PAS D'EFFET SIGNALE CHEZ L'HOMME

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Contre-Indications

    1. ALLERGIE A CETTE SUBSTANCE

    2. ASSOCIATION AUX BETA-BLOQUANTS

    3. CARDIOPATHIE ISCHEMIQUE

    4. INSUFFISANCE CARDIAQUE SEVERE

    Voies d'administration

    - 1 - RECTALE

    Posologie et mode d'administration

    Doses usuelles par voie rectale :
    Adulte : un à deux grammes par jour.
    Enfant au-dessus de 3 ans : cinq cents milligrammes à un gramme par jour.

    Eviter les prises occasionnelles itératives et augmenter la prise de boissons pendant le traitement pour éviter la cristallisation du produit dans les voies urinaitres.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - ELIMINATION voie rénale

    Absorption
    Résorbé par la muqueuse rectale.
    Elimination
    (VOIE RENALE)
    Très précoce, maximale en 6 heures et complète en 24 heures.

    Bibliographie

    - Lyon Pharm 1978;29,2:127.

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil