DIBENZEPINE CHLORHYDRATE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 29/5/1998
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    chlorhydrate de (diméthylamino-2 éthyl)-10 méthyl-5 dihydro-5,10 11H-dibenzo(b,e) (diazépine-1,4)one-11

    Ensemble des dénominations

    BANM : DIBENZEPIN HYDROCHLORIDE
    CAS : 315-80-0
    DCIM : CHLORHYDRATE DE DIBENZEPINE
    USAN : DIBENZEPIN HYDROCHLORIDE
    autre dénomination : CHLORHYDRATE DE DIBENZEPINE
    bordereau : 1490
    code expérimentation : HF-1927
    rINNM : DIBENZEPIN HYDROCHLORIDE

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : DIBENZEPINE
    Regime : liste II

    Proprietés Pharmacologiques

    1. PSYCHOANALEPTIQUE (principale certaine)

    2. ANTIDEPRESSEUR (principale certaine)

    3. THYMOANALEPTIQUE (principale certaine)

    4. ANTIDEPRESSEUR TRICYCLIQUE (principale certaine)

    5. ANTICHOLINERGIQUE CENTRAL ET PERIPHERIQUE (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Le mécanisme d'action du chlorhydrate de dibenzépine est probablement identique à celui de l'imipramine chlorhydrate.
      Les mécanismes de l'action de l'imipramine portent sur les systèmes adrénergique, cholinergique, sérotoninergique et sur l'activité des hydroxylases hépatiques.
      L'imipramine s'oppose au recaptage de la noradrénaline, au niveau de la membrane axonale.
      Sur le système cholinergique, l'imipramine se révèle un parasympatholytique central antagonisant esérine et arécoline.
      Sur le système sérotoninergique, l'imipramine inhibe le recaptage de la sérotonine dans le cerveau, surtout au niveau de l'hypothalamus. Elle augmente la teneur en sérotonine de l'agmydale.
      L'imipramine empêche l'action des hydroxylases des microsomes hépatiques sur les barbituriques, l'éphédrine et l'amphétamine. De ce fait sont prolongés la narcose barbiturique, d'une part, les effets centraux des deux amines sympathiques, d'autre part.

    Effets Recherchés

    1. PSYCHOANALEPTIQUE (principal)

    2. ANTIDEPRESSEUR (principal)

    3. THYMOANALEPTIQUE (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. DEPRESSION (principale)

    Effets secondaires

    1. GYNECOMASTIE (CERTAIN )
      - Concours Med 1989;111:1171-1176.

    2. ANXIETE (CERTAIN TRES RARE)

    3. EXCITATION PSYCHOMOTRICE (CERTAIN TRES RARE)

    4. ACCES MANIAQUE (CERTAIN TRES RARE)

    5. RAPTUS SUICIDAIRE (CERTAIN TRES RARE)

    6. EUPHORIE (CERTAIN TRES RARE)

    7. POIDS(AUGMENTATION) (CERTAIN )

    8. SECHERESSE DE LA BOUCHE (CERTAIN RARE)

    9. NAUSEE (CERTAIN TRES RARE)

    10. CONSTIPATION (CERTAIN FREQUENT)

    11. HYPERSUDATION (CERTAIN RARE)

    12. PALPITATION (CERTAIN TRES RARE)

    13. TACHYCARDIE (CERTAIN RARE)

    14. VERTIGE (CERTAIN RARE)

    15. HYPOTENSION ORTHOSTATIQUE (CERTAIN RARE)

    16. SYNCOPE (CERTAIN TRES RARE)

    17. MORT SUBITE (CERTAIN TRES RARE)

    18. CEPHALEE (CERTAIN TRES RARE)

    19. INSOMNIE (CERTAIN RARE)

    20. TREMBLEMENT (CERTAIN TRES RARE)

    21. CRISE CONVULSIVE (CERTAIN TRES RARE)
      Publication sur les convulsions sous antidépresseurs :
      - J Clin Psychiatry 1993;54:289-299.

    22. DYSARTHRIE (CERTAIN TRES RARE)

    23. TROUBLE DE LA VISION (CERTAIN TRES RARE)

    24. DYSURIE (CERTAIN RARE)

    25. RETENTION D'URINE (CERTAIN TRES RARE)

    26. IMPUISSANCE (CERTAIN TRES RARE)

    27. GALACTORRHEE (CERTAIN TRES RARE)

    28. FIEVRE (CERTAIN TRES RARE)

    29. ICTERE (CERTAIN TRES RARE)

    30. EOSINOPHILIE (CERTAIN TRES RARE)

    31. AGRANULOCYTOSE (CERTAIN TRES RARE)

    32. HEPATITE CHOLESTATIQUE (CERTAIN TRES RARE)

    33. ICTERE CHOLESTATIQUE (CERTAIN TRES RARE)

    34. GLAUCOME AIGU(CRISE DE) (CERTAIN )
      Très fréquent chez les sujets anatomiquement prédisposés à la fermeture de l'angle iridocornéen.

    35. POLYNEVRITE (A CONFIRMER )

    36. NEUROPATHIE PERIPHERIQUE (A CONFIRMER )

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. TENDANCE SUICIDAIRE

    2. ETAT MANIAQUE

    3. ATHEROME SEVERE

    4. INSUFFISANCE CARDIAQUE

    5. ADENOME PROSTATIQUE

    6. EPILEPSIE

    7. ANESTHESIE GENERALE PAR LE CHLOROFORME

    8. ANESTHESIE GENERALE PAR BARBITURIQUES

    9. GROSSESSE

    10. HYPOTENSION ARTERIELLE

    11. ENFANT DE MOINS DE 15 ANS

    12. ALCOOL
      Ingestion d'alcool déconseillée.

    Contre-Indications

    1. IMAO(TRAITEMENT RECENT)

    2. ADENOME PROSTATIQUE

    3. GLAUCOME A ANGLE FERME

    Voies d'administration

    - 1 - ORALE
    - 2 - INTRAVEINEUSE En perfusion
    - 3 - INTRAMUSCULAIRE

    Posologie et mode d'administration

    Doses usuelles chez l'adulte et l'enfant de plus de quinze ans :
    - voie orale : deux cent quarante à quatre cent quatre-vingts milligrammes par jour en trois prises. En cas de dépression sévère, des doses pouvant aller jusqu'à sept cent vingt milligrammes par jour peuvent être données.
    - injection intramusculaire ou perfusion intraveineuse : trois cent soixante milligrammes par jour
    Ne pas administrer moins de deux semaines après la dernière prise d'IMAO.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - ELIMINATION 30 % voie rénale

    Absorption
    Absorption gastro-intestinale rapide.
    Le pic plasmatique est obtenu en 2 heures.
    Elimination
    (VOIE RENALE)
    30 % de la dose administrée sont retouvés dans les urines.

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil