PHENYTOINE SODIQUE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 5/3/2001
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    5,5-diphénylimidazolidine-2,4-dione sodique

    Ensemble des dénominations

    BAN : PHENYTOIN SODIUM
    CAS : 630-93-3
    DCIR : PHENYTOINE SODIQUE
    autre dénomination : DIPHENIN
    autre dénomination : DIPHENYLHYDANTOINE SODIQUE
    autre dénomination : PHENYTOINE SOLUBLE
    autre dénomination : SOLUBLE PHENYTOIN
    bordereau : 260
    rINN : PHENYTOIN SODIUM
    sel ou dérivé : PHENYTOINE

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : PHENYTOINE
    Regime : liste II

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTICONVULSIVANT (principale certaine)

    2. INDUCTEUR ENZYMATIQUE (principale certaine)

    3. ANTIARYTHMIQUE (secondaire certaine)

    4. SUBSTRAT DU CYTOCHROME P450 2C19

    5. SUBSTRAT DU CYP 2C19 (principale certaine)

    6. SUBSTRAT DU CYTOCHROME P450 2C9 (principale certaine)

    7. SUBSTRAT DU CYP 2C9 (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Diminution de la diffusion des influx épileptogènes
      Stabilisant de la membrane nerveuse : réduit la concentration en sodium des cellules cérébrales en accélérant les échanges ioniques transmembranaires (élève le rapport Na extracellulaire/Na intracellulaire).

    2. secondaire
      Action antiarrythmisante : diminue l'éxcitabilité myocardique mais ne diminue pas sensiblement la conduction auriculo-ventriculaire.

    Effets Recherchés

    1. ANTICONVULSIVANT (principal)

    2. ANTICOMITIAL(GRAND MAL) (principal)

    3. ANTICOMITIAL(CRISES VISCERALES) (principal)

    4. ANTICOMITIAL(CRISES TEMPORALES) (principal)

    5. ANTIEPILEPTIQUE (principal)

    6. ANTIARYTHMISANT (accessoire)

    Indications Thérapeutiques

    1. EPILEPSIE (principale)
      Epilepsies emporale, grand mal

    2. EPILEPSIE(GRAND MAL) (principale)

    3. EPILEPSIE TEMPORALE (principale)

    4. CONVULSION NEONATALE (principale)
      Voie IV
      Essai randomisé montrant une efficacité comparable à celle du phénobarbital mais incomplète, concernant moins de 50% des enfants traités :
      - N Engl J Med 1999;41:485-489.

    5. HYPEREXCITABILITE MYOCARDIQUE (secondaire)

    6. TACHYCARDIE PAROXYSTIQUE SUPRAVENTRICULAIRE (secondaire)

    7. NEVRALGIE FACIALE (secondaire)

    8. PSYCHOSE (secondaire)
      Psychose liée à l'épilepsie :
      - Drugs 1992;44:326-335.

    Effets secondaires

    1. REACTION AU POINT D'INJECTION (CERTAIN )
      Après injection ou perfusion IV chez des traumatisés du crâne:
      -Ann Pharmacother 2000;34:697-702

    2. HYPERPLASIE GINGIVALE (CERTAIN FREQUENT)

    3. ANEMIE MEGALOBLASTIQUE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      TRAITEMENT PROLONGE

      Compétition avec l'acide folique.

    4. LEUCOPENIE (CERTAIN TRES RARE)

    5. THROMBOPENIE (CERTAIN TRES RARE)
      Un cas décrit et une cinquantaine cités (sel de phenytoïne non précisé) :
      - Ann Pharmacother 1997;31:435-437.

    6. APLASIE MEDULLAIRE (CERTAIN TRES RARE)

    7. ANEMIE APLASTIQUE (CERTAIN )
      Réaction d'hypersensibilité, l'anémie est retardée et souvent irréversible.
      S'il s'agit d'une relation effet-dose, l'anémie est réversible à l'arrêt du traitement.

    8. ANEMIE MACROCYTAIRE (CERTAIN )
      Mécanisme carentiel ou aplastique.

    9. ADENOPATHIE (CERTAIN TRES RARE)

    10. ANTICORPS ANTINUCLEAIRES(AUGMENTATION) (CERTAIN FREQUENT)

    11. SYNDROME LUPIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      TRAITEMENT PROLONGE

    12. ERUPTION SCARLATINIFORME (CERTAIN TRES RARE)

    13. PSEUDOLYMPHOME (CERTAIN TRES RARE)
      Pseudolymphome cutané. Premier cas en l'absence de réaction d'hypersensibilité à la phénytoïne :
      - J Am Acad Dermatol 1992;27,2:337-390.