CERIVASTATINE

Introduction dans BIAM : 25/5/1998
Dernière mise à jour : 2/5/2001
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    acide (6E)-(3R,5S)-7-[4-(4-fluorophényl)-5-(méthoxyméthyl)-2,6-bis(1-méthyléthyl)-3-pyridyl]-3,5-dihydroxyhept-6-énoïque

    Ensemble des dénominations


    CAS : 145599-86-6 DCIR : CERIVASTATINE
    bordereau : 3099
    dci : cérivastatine
    rINN : CERIVASTATIN

    Proprietés Pharmacologiques

    1. HYPOLIPIDEMIANT (principale certaine)

    2. HYPOCHOLESTEROLEMIANT (principale certaine)

    3. INHIBITEUR DE LA HMG-COA REDUCTASE (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      *Inhibe la synthèse du cholestérol au niveau de la 3-hydroxy-3-méthyl-glutaryl coenzymeA réductase, enzyme qui catalyse l'étape limite de la synthèse. La baisse des concentrations intracellulaires de cholestérol entraîne une augmentation des récepteurs au LDL-cholestérol qui accroît l'élimination du LDL-cholestérol plasmatique.

    2. secondaire
      *Indépendamment de l'activité hypocholestérolémianrte, les statines possèderaient une activité favorable sur la fonction endothéliale qui serait liée à une augmentation de la production de monoxyde d'azote par les cellules endothéliales. Possèderaient également une activité anti-inflammatoire et antioxydante qui participeraient à leurs effets coronaro et cérébroprotecteur :
      - Circulation 2000;101:207-213.
      - Stroke 1999;30:1969-1973.
      Posséderait une activité immunomodulatrice liée à une réduction de l'expression du complexe majeur d'histocompatibilité de clase III qui contribuerait à son rôle favorable au cours des transplantations:
      - Nat Med 2000;6:1399-1402

    Effets Recherchés

    1. HYPOLIPEMIANT (principal)

    2. HYPOCHOLESTEROLEMIANT (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. HYPERCHOLESTEROLEMIE (principale)
      En association avec un régime adapté.
      Plus efficace que la lovastatine pour abaisser le cholestérol des LDL :
      - Mayo Clin Proc 2000;75:1124-1132.

    2. HYPERLIPIDEMIE MIXTE (principale)
      Etude randomisée de 750 patients; la cerivastatine abaisse le LDL cholestérol 2 fois plus que le gemfibrozil, mais moins les triglycérides que ce dernier:
      - Am J Cardiol 1998;82:47-51.

    Effets secondaires

    1. SINUSITE (CERTAIN RARE)

    2. RHINITE (CERTAIN RARE)

    3. CEPHALEE (CERTAIN RARE)

    4. TOUX (CERTAIN RARE)

    5. TROUBLE DU SOMMEIL (A CONFIRMER )
      Cauchemars ou insomnie. Effets rapportés à la pharmacovigilance suédoise:
      - Reactions 2001;833:7

    6. INSOMNIE (CERTAIN RARE)

    7. FIEVRE (CERTAIN RARE)

    8. DOULEUR MUSCULAIRE (CERTAIN RARE)

    9. CPK(AUGMENTATION) (CERTAIN RARE)

    10. RHABDOMYOLYSE (CERTAIN )
      Serait plus fréquente qu'avec les autres inhibiteurs de l'HMG-coenzyme A réductase. L'association au gemfibrozil pourrait favoriser cet effet. 17 cas rapportés à l'ADRAC:
      - Aust Adv Drug Reaction Bull 2001;20:3

    11. DOULEUR ARTICULAIRE (CERTAIN TRES RARE)

    12. DOULEUR ABDOMINALE (CERTAIN RARE)

    13. DOULEUR LOMBAIRE (CERTAIN TRES RARE)

    14. TRANSAMINASES(AUGMENTATION) (CERTAIN RARE)

    Effets sur la descendance

    1. NON TERATOGENE CHEZ L'ANIMAL

    2. INFORMATION MANQUANTE DANS L'ESPECE HUMAINE

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. INSUFFISANCE RENALE
      Réduire la posologie.

    2. HEPATOPATHIE

    Contre-Indications

    1. HYPERSENSIBILITE A CETTE SUBSTANCE

    2. GROSSESSE
      Information manquante.

    3. ALLAITEMENT
      Information manquante.

    4. MYOPATHIE PREEXISTANTE

    5. ENFANT
      Information manquante.

    Voies d'administration

    - 1 - ORALE

    Posologie et mode d'administration

    Dose usuelle par voie orale :
    - Adute : débuter par cent microgrammes par jour en une prise unique au coucher.
    Après un mois, la posologie peut être augmentée par paliers de cent microgrammes en fonction de la réponse.
    Dose maximale : trois cents microgrammes par jour.
    Ne pas dépasser deux cents microgrammes en cas d'insuffisance rénale.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - REPARTITION 2.50 heure(s) lien protéines plasmatiques
    - 2 - DEMI VIE 99 %
    - 3 - ELIMINATION 70 % voie fécale
    - 4 - ELIMINATION 30 % voie rénale

    Absorption
    Pic plasmatique 2 à 3 heures après une prise orale.
    Biodisponibilité voisine de 60%. Non modifiée par la prise d'aliments ou d'hydroxyde d'aluminium ou de magnésium mais réduit par la prise de colestyramine.
    Répartition
    Liaison aux protéines plasmatiques : 99%.
    Faible pénétration tissulaire.
    Demi-Vie
    La demi-vie est d'environ 2,5 heures.
    Elle est allongée en cas d'insuffisance rénale.
    Métabolisme
    Métabolisée par le foie, en particulier par le CYP 3A4.
    deux des métabolites concervent une activité pharmacologique.
    Elimination
    *Voie fécale : 70% de la dose administrée sont éliminés dans les fèces sous forme métabolisée.
    *Voie rénale : 30% de la dose sont éliminés dans les urines.

    Bibliographie

    - Drugs 1998;55:415-422.
    - Drug Saf 2000;23:197-213. (Effets secondaires)
    - Drugs 2000;60:1179-1206

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr


    Retour à la page d'accueil