ESTRONE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 5/1/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Posologie & mode d'administration
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    HYDROXY-3 ESTRATRIENE-1,3,5(10)ONE-17

    Ensemble des dénominations


    CAS : 53-16-7 DCF : ESTRONE
    DCIR : ESTRONE
    autre dénomination : CETOHYDROXYESTRATRIENE
    autre dénomination : FOLLICULINE
    autre dénomination : HORMONE FOLLICULAIRE
    autre dénomination : OESTRONE
    autre dénomination : THEELIN
    bordereau : 712
    rINN : ESTRONE
    sel ou dérivé : ESTROGENES NATURELS SULFOCONJUGUES
    sel ou dérivé : ESTRONE SULFATE MONOSODIQUE

    Classes Chimiques


    Regime : liste II

    Proprietés Pharmacologiques

    1. HORMONE NATURELLE (principale certaine)

    2. ESTROGENE (principale certaine)

    3. ANTIGONADOTROPE (principale certaine)
      A FORTE DOSE.

    4. INHIBITEUR DE L'OVULATION (principale certaine)
      A FORTE DOSE

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Maintient des caractères sexuels secondaires chez la femme; inhibe la libération de FSH, provoque une atrophie de l'ovaire et unhibe l'ovulation.
      Entraine une hyperhémie et une prolifération cellulaire de l'épithélium utérin.
      Favorise la sécrétion de la glaire cervicale, accroit la contraction des trompes, inhibe l'implantation de l'oeuf dans la cavité utérine, provoque la croissance de l'épithélium vaginal (cellules kératinisées à noyau pycnotique).

    Effets Recherchés

    1. OESTROGENIQUE (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. CARENCE EN ESTROGENES (principale)
      On lui préfère l'estradiol ou l'estriol, en raison de sa forte fixation hépatique.

    2. TROUBLE DE LA MENOPAUSE (principale)
      On lui préfère l'oestradiol ou l'estriol en raison de sa forte fixation hépatique.

    3. HYPOGONADISME FEMININ (principale)

    4. AMENORRHEE PRIMAIRE (principale)
      Par insuffisance ovarienne ou hypothalamo-hypophysaire.

    5. AMENORRHEE SECONDAIRE (principale)
      Par insuffisance estrogénique.

    6. CANCER DE LA PROSTATE (principale)

    Effets secondaires

    1. POIDS(AUGMENTATION) (CERTAIN FREQUENT)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      FORTES DOSES

      Lié à la rétention hydrosodée.

    2. OEDEME (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      FORTES DOSES

      Lié à la rétention hydrosodée.

    3. ACCIDENT THROMBOEMBOLIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      A type d'infarctus du myocarde, d'accidents vasculaires cérébraux, d'embolie pulmonaire et de thrombophlébite. Ils seraient favorisés par l'administration orale et les fortes doses chez les sujets présentant des facteurs de risque.

    4. INFARCTUS DU MYOCARDE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      FORTE DOSE
      VOIE ORALE

      Serait favorisée par l'administration orale et les fortes doses chez les sujets à risque.
      A forte dose les estrogènes naturels augmenteraient le risque de récidive d'infarctus du myocarde.
      Références :
      - JAMA 1970;214:303-313.
      - JAMA 1973;226:652-657.

    5. PHLEBITE (CERTAIN )
      Condition(s) Favorisante(s) :
      VOIE ORALE

      Serait favorisée par l'administration orale chez les sujets à risque.

    6. EMBOLIE PULMONAIRE (CERTAIN )

    7. HYPERTENSION ARTERIELLE (CERTAIN TRES RARE)
      Serait favorisée par l'administration orale et les fortes doses.

    8. INSUFFISANCE VEINEUSE(AGGRAVATION) (CERTAIN RARE)

    9. ERUPTION CUTANEE (CERTAIN TRES RARE)

    10. CHLOASMA (CERTAIN TRES RARE)

    11. PORPHYRIE CUTANEE(AGGRAVATION) (CERTAIN TRES RARE)
      Par analogie avec les estrogènes de synthèse.

    12. NAUSEE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      DEBUT DE TRAITEMENT
      FORTES DOSES

    13. VOMISSEMENT (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      DEBUT DE TRAITEMENT
      FORTES DOSES

    14. DIARRHEE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      FORTES DOSES

    15. DOULEUR ABDOMINALE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      FORTES DOSES

    16. GALACTORRHEE (CERTAIN TRES RARE)
      Par analogie avec l'éthinyl oestradiol.
      Son apparition doit faire rechercher l'existence d'un adénome hypohysaire à prolactine.

    17. PROLACTINEMIE(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE)
      Par analogie avec l'éthinyl oestradiol, elle impose l'arrêt du traitement.

    18. GYNECOMASTIE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      FORTES DOSES

    19. TROUBLE MENSTRUEL (CERTAIN RARE)
      Essentiellement à type de spotting.

    20. SPOTTING (CERTAIN RARE)

    21. MASTODYNIE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      DEBUT DE TRAITEMENT
      FORTES DOSES

    22. MASTOPATHIE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      MONOTHERAPIE PROLONGEE

    23. HYPERPLASIE DE L'ENDOMETRE (CERTAIN RARE)
      En cas de monothérapie prolongée.

    24. CANCER DE L'ENDOMETRE (CERTAIN )
      Serait plus cancérigène que le 17-bêta-oestradiol ou l'oestriol :
      - N Engl J Med 1975;293:1167-1170.
      - JAMA 1978;239:1638-1641.

    25. HYPERCOAGULABILITE (CERTAIN RARE)
      Par une modificaation des synthèses hépatiques liée à une fixation importante et une inactivation lente de l'oestrone par le foie.

    26. FACTEURS DE LA COAGULATION(AUGMENTATION) (CERTAIN RARE)

    27. ICTERE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      ICTERE GRAVIDIQUE(ANTECEDENT)

    28. HEPATITE CHOLESTATIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      ICTERE GRAVIDIQUE(ANTECEDENT)

    29. BILIRUBINEMIE(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE)

    30. BSP(RETENTION) (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      FORTES DOSES

    31. TRANSAMINASES(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE)

    32. PHOSPHATASES ALCALINES(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE)

    33. ADENOME HEPATIQUE (CERTAIN TRES RARE)

    34. LIPIDEMIE(AUGMENTATION) (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      FORTES DOSES
      HYPERLIPIDEMIE PREEXISTANTE

      Hypertriglycéridémie le plus souvent en rapport avec l'augmentation de la synthèse hépatique de VLDL.

    35. GLYCEMIE(AUGMENTATION) (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      FORTES DOSES
      TERRAIN PREDISPOSE

      Aggravation ou révélation d'un diabète latent.

    36. PORPHYRIE AIGUE INTERMITTENTE(AGGRAVATION) (CERTAIN TRES RARE)
      Par analogie avec les estrogènes de synthèse.

    37. IRRITABILITE (CERTAIN RARE)

    38. DEPRESSION (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      ANTECEDENTS DE DEPRESSION

    39. COMITIALITE(AGGRAVATION) (CERTAIN TRES RARE)

    40. VERTIGE (CERTAIN TRES RARE)

    41. CEPHALEE (CERTAIN RARE)
      Elles peuvent parfois, lorsqu'elles sont intenses et tenaces, annoncer un accident vasculaire cérébral.

    42. ACCIDENT VASCULAIRE CEREBRAL (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      VOIE ORALE
      FORTE DOSE

      Serait favorisée par l'administration orale et les fortes doses.

    43. TROUBLE DE LA VISION (CERTAIN TRES RARE)
      A type d'hémianopsie, de diplopie ou de paralysie oculomotrice, ils peuvent être révélateurs d'accidents ischémiques cérébraux transitoires et imposent l'arrêt du traitement.

    44. LIBIDO(DIMINUTION) (CERTAIN RARE)

    45. IMPUISSANCE (CERTAIN RARE)

    46. ATROPHIE TESTICULAIRE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      FORTES DOSES
      TRAITEMENT PROLONGE

    47. LITHIASE BILIAIRE (A CONFIRMER )
      Par analogie avec l'éthinyl oestradiol.
      Effet controversé selon les auteurs.

    48. CANCER DU COL DE L'UTERUS (A CONFIRMER )
      - Lancet 1983;2:930-934.
      Pas de relation entre cancer du col de l'utérus et thérapeutique estrogénique antérieure dans une étude cas-témoins (645 cas et 749 témoins) :
      - BMJ 1997;315:85-88.

    49. AMYLASEMIE(AUGMENTATION) (A CONFIRMER )

    50. PANCREATITE AIGUE (A CONFIRMER )

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. ANTECEDENTS VASCULAIRES FAMILIAUX

    2. MIGRAINE

    3. EPILEPSIE

    4. DEPRESSION

    5. TABAGISME
      En raison du risque accru de maladie cardiovasculaire.

    6. LITHIASE BILIAIRE(ANTECEDENT)

    7. VARICES

    8. INSUFFISANCE RENALE

    Contre-Indications

    1. CANCER DU SEIN

    2. CANCER DE L'UTERUS

    3. MASTOPATHIE

    4. FIBROME UTERIN

    5. ENDOMETRIOSE

    6. DIABETE
      Risque d'aggravation.

    7. HYPERLIPIDEMIE
      En raison du risque de majoration de l'hyperlipidémie et du risque accru de maladie cardiovasculaire.

    8. OBESITE
      En raison du risque accru de maladie cardiovasculaire.

    9. MALADIE THROMBOEMBOLIQUE
      ARTERIELLE OU VEINEUSE.

    10. THROMBOSE VEINEUSE(ANTECEDENT)
      Risque de récidive.

    11. EMBOLIE PULMONAIRE(ANTECEDENT)
      Risque de récidive.

    12. ACCIDENT VASCULAIRE CEREBRAL(ANTECEDENT)
      Risque de récidive.

    13. THROMBOSE ARTERIELLE(ANTECEDENT)
      Risque de récidive.

    14. INFARCTUS DU MYOCARDE(ANTECEDENT)
      Risque de récidive.

    15. CARDIOPATHIE
      Congénitale ou acquise.

    16. INSUFFISANCE CARDIAQUE

    17. HYPERTENSION ARTERIELLE

    18. TUMEUR HYPOPHYSAIRE

    19. GALACTORRHEE
      Avec ou sans augmentation de la prolactine.

    20. INSUFFISANCE RENALE SEVERE

    21. CONNECTIVITE

    22. LUPUS ERYTHEMATEUX AIGU DISSEMINE

    23. PORPHYRIE

    24. PORPHYRIE HEPATIQUE

    25. ICTERE GRAVIDIQUE(ANTECEDENT)

    26. MALADIE HEPATIQUE PREEXISTANTE
      Récente ou chronique. Antécédent d'ictère gravidique.

    27. OTOSCLEROSE

    28. GROSSESSE

    29. ALLAITEMENT

    Posologie et mode d'administration

    N'est commercialisé en France que sous forme d'association.
    Posologies variables suivant les indications.
    Surveillance du traitement:
    Avant traitement, et régulièrement en cours de traitement, contrôle du poids, de la TA, de l'état veineux, des seins, de l'utérus, des frottis vaginaux, de la triglycéridémie, de la cholestérolemie, de la glycémie.

    Pharmaco-Cinétique


    Absorption
    Bonne résorption par voie orale, parentérale ou par les muqueuses.
    Métabolisme
    Hépatique.

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil